Le jour de la rentrée en maternelle est un vrai supplice pour un enfant. Il est conscient qu’il sera livré à lui-même, sans la présence de ses piliers, pour le reste de chaque journée. En général, ces enfants sont face à une angoisse incontrôlable qu’ils expriment par des pleurs.

Le rôle des parents

Les parents stressent plus que leurs enfants le jour de la rentrée. Le fait de prendre conscience que l’enfant grandit et qu’il sera bientôt autonome est un mal non dissimulé. Ainsi, le futur élève lui-même entre dans un état de frustration. Éviter la souffrance psychologique de votre enfant est simple, lorsque vous êtes en connaissance de vos torts. Avant de l’emmener à l’école, expliquez-lui la valeur de ce lieu et les bonnes choses qui l’attendent. Expliquez-lui que c’est une étape obligatoire, en sachant qu’un enfant a toujours hâte de grandir. Précisez-lui qu’il aura beaucoup de camarades de classe, une gentille maîtresse, et quand vient l’heure de la sortie, vous serez au portail pour l’attendre. C’est essentiel de rassurer l’enfant sur le déroulement de son premier jour. Mais parmi toutes ces astuces, vous ne devez en aucun cas rester plus de deux minutes au portail pour la première semaine. Le plus souvent, discuter avec sa maîtresse tout en lui faisant comprendre qu’il n’a rien à craindre est la raison de ces petites minutes.

Le rôle de l’enseignante

Les enfants entrant en maternelle ont une manie concernant la peur de l’inconnu. C’est tout à fait normal et les enseignantes sont censées être au courant de cela. Par conséquent, il est du devoir de la maîtresse d’utiliser les bonnes méthodes pour attirer l’enfant. Lui montrer les jouets de la maternelle, l’amadouer avec des outils qu’il utilisera pour le long de l’année scolaire est des exemples d’astuces gagnants. Chaque enseignante d’école connaît ses petites combines, qu’elles ont apprises pendant les formations pédagogiques, pour calmer un enfant. De plus, ces méthodes sont applicables pour chaque caractère d’enfant. La maîtresse agit en fonction de l’état de l’enfant. Si celle-ci est en pleurs, elle se doit de le bercer et de le distraire.

Catégories : Enfants

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *